Tous les articles taggés : rencontre

Rencontre avec Alexandra Margnat

En plein cœur de l’hiver, les bijoux d’Alexandra Margnat sont plus efficaces qu’une cure de luminothérapie : solaires, colorés, ils sont la promesse d’un été éternel. Rien d’étonnant au vu des inspirations que la créatrice épingle sur son site internet : des photos de sable doré et d’eaux turquoises, de corps ambrés et d’éclats de soleil… Franche et pétillante, Alexandra Margnat nous ouvre les portes de son bureau-showroom parisien et nous raconte l’histoire d’une marque qu’elle a construite seule, avec passion, détermination et surtout de très bonnes intuitions. Photographie d’ouverture : © Rémy Lidereau pour Mise Au Jour Quel a été votre parcours avant de lancer votre marque de bijoux ? Alexandra Margnat : J’ai travaillé pendant longtemps en marketing dans le domaine des nouvelles technologies, où je faisais de la communication, de l’évènementiel, du media planning… Au bout d’une dizaine d’années dans ce secteur, j’ai levé le pied petit à petit et j’ai commencé à monter ma marque à l’été 2010 : je faisais alors des petits bracelets. Mes créations ont eu immédiatement un vrai impact ! Quand …

Elise Dray, la relève de la joaillerie

Elise Dray fait partie de cette génération de jeunes créatrices qui n’ont pas peur de bousculer la joaillerie pour la faire évoluer ; qui citent des Maisons centenaires (Bulgari, Cartier, Boivin) mais dessinent des bijoux dans l’air du temps ; qui travaillent l’indémodable diamant pour le rendre encore plus « tendance » ; qui suivent leur instinct, surtout, et écoutent leur passion, toujours. Interview d’une joaillière nouvelle génération. Illustration d’ouverture : © Maël Cosotti pour MiseAuJour. Bague deux doigts en diamants, émeraudes, rubis, or jaune et rhodié. Quel est votre premier souvenir joaillier ? Elise Dray : Une broche articulée : une panthère de René Boivin en or jaune, diamants et saphirs que portait ma mère. Un bijoux de famille. Quel est votre parcours ? E.D. : Après avoir été diplômée de l’école BJOP rue du Louvre à Paris, j’ai fondé ma marque en 2009. Earcuff, bague de phalange, bague mitaine… : vos bijoux proposent de nouveaux portés, moins classiques, plus « rock ». Pourquoi ? E.D. : J’ai souhaité vraiment casser et bousculer les codes traditionnels …

Amélie Viaene, une créatrice au sommet

Cette année, le G7 avait un goût d’inédit : pour la première fois en marge du forum diplomatique était organisé le Craftswomen Summit, sommet mondial consacré à la place des femmes dans l’Artisanat d’Art. C’est la joaillière Amélie Viaene qui eut l’honneur et la responsabilité d’y représenter la France. Pour MiseAuJour, la créatrice revient sur cette expérience sans précédent et nous parle de son travail, bientôt exposé dans un pop-up store inédit, ouvert du 17 novembre au 4 décembre au sein de la galerie Vivienne, à Paris. Photographie d’ouverture : Amélie Viaene dans son atelier de création. © Christopher Jeney Vous avez été désignée pour représenter la France au G7 Craftswomen Summit, premier sommet mondial consacré à la place des femmes dans l’Artisanat d’Art, qui se tenait au Japon en mai dernier. Comment avez-vous été sélectionnée ? Quel fut votre rôle sur place ? Amélie Viaene : A la demande du Ministère de l’Économie Japonaise (METI), le Secrétariat d’État au Commerce et l’Artisanat leur a remis une liste d’artisanes françaises représentant différents métiers d’art et j’ai eu l’honneur …

Dear Charlotte par Vanessa Pinoncely

Ils s’appellent Cléopâtre, Néfertiti, Joséphine ou Eugénie, convoquent l’Histoire mais s’adressent à des femmes aux goûts résolument actuels, s’inspirent d’images de magazines mais se portent dans la vraie vie : brillant d’influences multiples, les bijoux de la marque Dear Charlotte étincellent par bien plus que leur or ; ils sont aussi riches de nombreuses émotions, celles de Vanessa Pinoncely, créatrice de la griffe. La fondatrice et designer nous ouvre les portes de son bureau et showroom parisien et répond à nos questions avec une sincérité rare. Photographie d’ouverture : © Rémy Lidereau pour Mise Au Jour Quelle est l’histoire de Dear Charlotte ? Vanessa Pinoncely  : Dear Charlotte a été créée il y a bientôt cinq ans suite à la naissance de ma fille, Charlotte, qui a donné son prénom à la marque. C’est suite à une formation suivie au Vogue Paris sur l’histoire de la joaillerie et ses Maisons les plus anciennes que j’ai eu envie de créer la marque. Nous remettons au goût du jour des bijoux d’inspiration XVIIIè et des pièces vintage. Comment Dear Charlotte …

Regina Dabdab, créatrice par nature

Regina Dabdab est un voyage à elle seule. Un voyage vers le Brésil, son pays d’origine et celui des pierres qu’elle travaille. Un voyage à travers la matière, brute : celle du bois flotté, des pierres semi-précieuses qu’elle assemble pour en faire des colliers XXL depuis 2009 et, depuis peu, des pendentifs plus fins. Un voyage vers un monde unique, le sien, où les pierres ont des pouvoirs et une force qui se révèlent à qui veut y croire. De son accent chantant et solaire, la créatrice nous parle avec sincérité et transparence de ses bijoux singuliers mais aussi des difficultés à vivre de sa passion et de ses choix artistiques. Photographie d’ouverture : © Rémy Lidereau pour Mise Au Jour Quel est ton parcours ? Regina Dabdab : J’ai commencé à faire des bijoux il y a 6 ans environ. Je suis arrivée à Paris il y a 10 ans. Au Brésil, je travaillais dans la chaussure et la maroquinerie. Quand je suis arrivée ici, j’ai continué à travailler encore un peu dans l’univers des chaussures …