Mois: juin 2015

Regina Dabdab, créatrice par nature

Regina Dabdab est un voyage à elle seule. Un voyage vers le Brésil, son pays d’origine et celui des pierres qu’elle travaille. Un voyage à travers la matière, brute : celle du bois flotté, des pierres semi-précieuses qu’elle assemble pour en faire des colliers XXL depuis 2009 et, depuis peu, des pendentifs plus fins. Un voyage vers un monde unique, le sien, où les pierres ont des pouvoirs et une force qui se révèlent à qui veut y croire. De son accent chantant et solaire, la créatrice nous parle avec sincérité et transparence de ses bijoux singuliers mais aussi des difficultés à vivre de sa passion et de ses choix artistiques. Photographie d’ouverture : © Rémy Lidereau pour Mise Au Jour Quel est ton parcours ? Regina Dabdab : J’ai commencé à faire des bijoux il y a 6 ans environ. Je suis arrivée à Paris il y a 10 ans. Au Brésil, je travaillais dans la chaussure et la maroquinerie. Quand je suis arrivée ici, j’ai continué à travailler encore un peu dans l’univers des chaussures …

Bibi van der Velden, le feu sous la glace

Certains artistes parviennent à rendre évidentes (et désirables) des créations qui sur le papier, ne semblaient pas taillées pour le succès. C’est ainsi Salvador Dali qui en 1949, réussit à faire de ses boucles d’oreilles « téléphone », des bijoux séduisants et chargés de sens (car représentant selon lui « la vitesse des moyens de communication modernes ; l’espoir et le danger d’un changement instantané de pensée ») ; ou Louise Bourgeois qui en 2006, miniaturise ses célèbres araignées en broches ; c’est encore Lorenz Bäumer, qui dans un registre pleinement joaillier, imagine en 2010 une bague « poivron » en saphirs et or… Aujourd’hui, la créatrice Bibi van der Velden se distingue elle aussi par ses inspirations décalées et étonnantes à l’image de cette bague pieuvre, sculptée dans l’ivoire de défenses de mammouth fossilisées, vieilles de plus de 40 000 ans. « Suite au réchauffement climatique, les défenses de mammouth prises dans la glace en Sibérie remontent à la surface, explique-t-elle. Il y a quelques années, j’ai lu dans le National Geographic que l’ivoire de mammouth …