Coups d'éclat

Rouge passion

Dans les reflets carmin de cette rubellite de 88 carats, c’est toute la fougue de la créatrice Lydia Courteille que l’on ressent. Son amour des volumes XXL, sa passion pour les pierres grosses comme le poing, son admiration des femmes fortes, puissantes dont la dernière à avoir fait vibrer son cœur de joaillière n’est autre que Catherine II, impératrice de Russie de 1762 à 1796 et aujourd’hui inspiratrice de la collection Scarlett Empress dont la bague est issue. «Catherine II était une femme d’amour et de sang, d’où la couleur rouge de la collection, nous explique Lydia Courteille. Le rouge, c’est l’amour ardent, le sang qui coule dans nos veines. » Le rouge, c’est également la teinte de cette tourmaline rare car « sans trace de brun dedans » selon la créatrice et qui nous met l’eau à bouche avec son éclat grenadine ; le rouge, c’est aussi la nuance de l’exceptionnel spinelle de 398.72 carats qui trône au sommet de la couronne impériale russe réalisée en 1762 par le joaillier suisse Jérémie Pauzié pour le sacre de Catherine II. « Mes bijoux sont souvent portés par des femmes de pouvoir donc la toile de la création s’est tissée autour de cette idée », poursuit Lydia Courteille. Alors, dans la boîte à bijoux 2015 de la tsarine, on trouve un ras du cou orné de petites couronnes, une bague aux allures de pommeau de sceptre surmontée de deux aigles (emblèmes des armoiries de l’Empire russe), des croix et des vanités… Des joyaux dont l’esprit sulfureux et magnétique évoque un univers rouge passion, dont les références au pouvoir et au sacré siéent aussi bien à Catherine II qu’à Lydia Courteille. Car c’est bien là que toute l’intelligence de la créatrice s’exprime : quand elle parvient à faire coïncider son univers unique avec son inspiration du moment, et que la magie opère.

Photographie d’ouverture : © Rémy Lidereau pour Mise Au Jour