Mois: mai 2015

Tendez l’oreille

« Je ne porte jamais de paires de boucles d’oreilles identiques car j’aime l’asymétrie et l’association de boucles différentes que je choisis en harmonie. En portant des ear cuffs, j’impose mon caractère ». C’est la jeune créatrice Elise Dray qui nous le dit et force est de constater qu’elle est loin d’être la seule à avoir succombé à la tendance « ear cuff » (littéralement « manchette d’oreille ») qui secoue l’univers de la joaillerie depuis le début de la décennie. Pourtant la tendance ne date pas d’hier, bien au contraire. La mode est un cycle qui se répète, on le sait, et ces ornements qui se distinguent par le fait de monter le long de l’oreille, le confirment. Ainsi à l’Antiquité, les aristocrates grecs en auraient fait le symbole de leur situation dorée, bien avant que les coutumes thaïlandaises et indiennes le hissent à partir du XIIème siècle au rang d’accessoire majeur du costume traditionnel. Puis c’est au tour de l’Europe d’être séduite par ce bijou : en 1592, la peintre italienne Lavinia Fontana (dont les toiles se …

Rouge passion

Dans les reflets carmin de cette rubellite de 88 carats, c’est toute la fougue de la créatrice Lydia Courteille que l’on ressent. Son amour des volumes XXL, sa passion pour les pierres grosses comme le poing, son admiration des femmes fortes, puissantes dont la dernière à avoir fait vibrer son cœur de joaillière n’est autre que Catherine II, impératrice de Russie de 1762 à 1796 et aujourd’hui inspiratrice de la collection Scarlett Empress dont la bague est issue. «Catherine II était une femme d’amour et de sang, d’où la couleur rouge de la collection, nous explique Lydia Courteille. Le rouge, c’est l’amour ardent, le sang qui coule dans nos veines. » Le rouge, c’est également la teinte de cette tourmaline rare car « sans trace de brun dedans » selon la créatrice et qui nous met l’eau à bouche avec son éclat grenadine ; le rouge, c’est aussi la nuance de l’exceptionnel spinelle de 398.72 carats qui trône au sommet de la couronne impériale russe réalisée en 1762 par le joaillier suisse Jérémie Pauzié pour le sacre de Catherine II. …

Jardin méditerranéen

De l’azur et du marine, une touche d’indigo, des éclats de turquoise et même des reflets lavande… le bleu est une couleur chaude pour Piaget qui a réussi à capturer dans cette opale de plus de 14 carats, toutes les lumières de la Méditerranée. Et pour cause : la manchette fait partie de la collection Mediterranean Garden, dernier opus de haute joaillerie de la Maison suisse qui vient tout juste d’ouvrir au 7, rue de la Paix à Paris, sa plus grande boutique au monde (500m2) et célèbre ces jours-ci le 25ème anniversaire de sa bague iconique Possession. Alors que la Côte d’Azur accueille la fine fleur du cinéma mondial pour le Festival de Cannes, Piaget fait elle aussi la fête sur la Riviera, promettant la venue sur la Croisette de son égérie Gong Li et profitant du Festival pour présenter Mediterranean Garden à ses grandes clientes venues du monde entier (comprenez : celles qui n’ont peur d’aligner ni les carats ni les euros/dollars/yuans). Dans son jardin de bord de mer, aux côtés de cette manchette au …

Yes, we Cannes !

On peut dire que l’on s’en moque et que de toute façon « on-n’est-pas-du-même-monde », force est d’admettre que tous les ans au mois de mai depuis 1946, Cannes est pendant une quinzaine de jours un peu (beaucoup) plus sous les projecteurs que pendant le reste de l’année. « Comment ça un Festival ? » Ne faites pas les innocents, tout le monde l’a remarqué et surtout les joailliers qui en profitent pour parer les cous et les poignets, les doigts et les oreilles (oui tout ça à la fois) des actrices confirmées et des stars en devenir. L’idée ? Profiter des flashs des centaines de photographes qui attendent aux pieds des fameuses marches pour s’offrir de la publicité à moindre coût ; profiter de toutes ces paires d’yeux amassées au même endroit pour (soi-disant) voir des films, et les tourner vers les nouvelles collections de bijoux qui font elles aussi à leur façon, vibrer la Croisette ; profiter d’avoir sous la main toutes leurs égéries venues en goguette ou pour défendre un film, et les rendre encore plus belles …

Qui êtes-vous, Suzanne Belperron ?

Ce mardi 12 mai, Sotheby’s Genève met en vente quinze bijoux de Suzanne Belperron, l’une des créatrices les plus talentueuses et influentes du XXème siècle. Si sa joaillerie avant-gardiste et audacieuse reste encore étonnamment méconnue du grand public, elle fait le bonheur des marchands d’art qui se battent à chaque vente aux enchères pour acquérir ces créations à la force intemporelle. Une force exprimant le tempérament affirmé de celle qui ne signa aucun de ses bijoux, estimant que son style lui-même était sa meilleure signature. C’est Olivier Baroin, expert de Belperron, détenteur de ses archives personnelles et auteur de l’unique monographie consacrée à ce jour à la créatrice, qui a authentifié les quinze pièces proposées aux enchères. A J-2 de la vente, croulant sous les sollicitations suite à un article au sujet de la vente paru la veille dans un grand quotidien national, il nous parle de sa passion pour l’œuvre de Suzanne Belperron, pour ses créations libres, toujours modernes. 20 pièces étaient annoncées aux enchères. Finalement il y en aura 15… Olivier Baroin : …

Zip Zip Zip Hourra !

Il fallait oser : vouloir révéler ce qui devrait être caché, détourner le concept de la fermeture éclair (à trois-francs-six-sous) pour en faire une création de haute joaillerie (à-plusieurs-centaines-de-milliers-d’euros). Quitter le monde du rationnel pour entrer dans celui du surréalisme et penser la fermeture à l’envers ; voilà le pari de Van Cleef & Arpels, auteur de l’une des inventions joaillières les plus incroyables du XXème siècle : le collier Zip. La fermeture éclair a été initialement conçue pour se faire oublier dans les tissus qu’elle maintient ? Qu’importe ! Chez Van Cleef & Arpels, elle tient au contraire le premier rôle d’une histoire précieuse. Elle devrait garder ses dents bien serrées ? Eh bien non. Pensée en collier, elle doit au contraire les ouvrir pour laisser passer le cou de la belle à parer. Elle ne serait que métal et tissu ? Même pas en rêve : Van Cleef & Arpels la fait de platine et de diamants, d’or et de rubis, de saphirs, d’émeraudes… A l’origine de l’insolente créativité du Zip ? Wallis Simpson, Duchesse de Windsor. Celle qui …