Tendances

Asymétrie m’était contée…

En 2013, c’est la déferlante : signé Dior, un bijou d’un genre nouveau vient murmurer aux oreilles féminines du monde entier. La boucle d’oreille Mise en Dior ou deux perles bien rondes, bien gourmandes, totalement asymétriques, nous propose de porter nos parures d’oreilles différemment. Primo, il faut afficher la boucle seule, elle se suffit à elle-même, elle est belle comme ça, unique, et elle nous susurre : « épargnez-moi le côté dadame de la paire assortie ! ». Secondo, il faut la porter à l’envers. Oui, car le fermoir n’est plus honteux, il ne se fait plus discret, tranquillement caché derrière le lobe. Le fermoir fait partie intégrante du bijou, il se montre et s’assume même plus gros que la perle posée sur l’oreille. En bref chez Dior, on se pare en version asymétrique, décalée, audacieuse. Depuis deux ans donc, et le coup de génie (n’ayons pas peur des mots) de Camille Miceli, directrice des accessoires de la Maison Dior, la tendance ne s’essouffle pas et l’engouement pour ces perles tout-sauf-classiques a réussi à séduire aussi bien les filles « normales » que celles du « milieu de la mode ». Fait assez rare pour être souligné, car on n’avait pas vu un tel plébiscite depuis, pfioooouuu, les lancements du bracelet Love de Cartier (dans les années 1970) ou de la bague Quatre de Boucheron (en 2004). Alors bien sûr, si Dior n’a pas inventé l’asymétrie en joaillerie (Van Cleef & Arpels en fait notamment l’un des piliers de sa création), la maison du 30, avenue Montaigne peut se targuer d’avoir popularisé une tendance qui ne cherchait qu’à s’épanouir entre les mains de jeunes créatrices. Ainsi, Delfina Delettrez a fait du motif d’oreille dépareillé sa marque de fabrique : si elle pose sur le lobe une petite perle bien classique, c’est pour mieux la décaler avec un motif de bouche, d’œil ou d’abeille qui lui est relié par un jonc d’or, serti ou non de diamants. La danoise Sophie Bille Brahe assume quant à elle une ligne de bijoux clairement inspirée de celle des piercings : ses boucles d’oreilles Elipse, disponibles en trois tailles dont la plus grande fait environ 4cm de longueur, lient sur un même trait d’or une perle d’un côté et une boule d’or, plus petite, de l’autre. Le désir de la créatrice ? « Mixer une féminité décontractée avec quelque chose de plus fort ».

Photographie d’ouverture : Boucle d’oreille Elipse en or et perle, Sophie Bille Brahe

Sophie Bille Brahe - Delfina Delettrez - Dior

De gauche à droite  : « Elipse Grand Pink » en or et perle, Sophie Bille Brahe // « Sapphires Dot Piercing Earring » en or, saphir rose et perle, Delfina Delettrez // « Pearl Piercing Earing » en or, perles et diamants, Delfina Delettrez // « Mise en Dior » en métal et perles en agate, Dior // « Mise en Dior » en métal et perles de résine, Dior